Réflexion de Rajiv Gupta sur la première édition virtuelle de GeekWeek

L’année 2020 a été synonyme de changements pour chacun d’entre nous. Au Centre canadien pour la cybersécurité, nous nous sommes adaptés à cet environnement changeant de plusieurs façons, notamment en transformant rapidement la septième édition de GeekWeek en un événement virtuel.

Pour le Centre pour la cybersécurité, GeekWeek est l’une des meilleures occasions de collaborer avec ses partenaires. Grâce à l’ingéniosité des organisateurs et participants, notre nouvel environnement virtuel ne nous a pas empêchés de tenir une autre édition réussie cette année.

Tous les ans, des participants du gouvernement, du secteur privé et du milieu universitaire se réunissent afin de trouver ensemble des solutions novatrices à d’importants problèmes de cybersécurité. La septième édition de GeekWeek, dans son mode virtuel, a attiré 200 participants de sept pays représentant 64 organisations.

Ces participants ont travaillé ensemble sans relâche, et ce, tout en étant répartis dans sept fuseaux horaires!

La collaboration et les échanges dynamiques qui sont si importants pour GeekWeek se sont poursuivis cette année. Les équipes sont restées en contact grâce à Slack qui leur a permis de discuter, d’échanger leur travail, de poser des questions et même d’afficher des photos amusantes de leurs animaux de compagnie ou de leurs configurations de travail (lisez notre blogue précédent pour en savoir plus sur l’environnement de travail virtuel des équipes).

Le ministre de la Défense nationale et André Boucher, dirigeant associé du Centre pour la cybersécurité, ont chacun prononcé un discours lors de la cérémonie de clôture de GeekWeek. De plus, les quatre équipes en ont profité pour présenter leurs travaux sur d’importantes percées, lesquels avaient, entre autres, les objectifs suivants :

  • Collaborer avec nos partenaires des télécommunications pour échanger notre savoir-faire et améliorer la sécurité des communications mobiles et des technologies infonuagiques émergentes;
  • Sécuriser les appareils et les systèmes connectés à Internet, dont le nombre ne cesse de croître;
  • Déterminer et analyser des cybermenaces malveillantes, comme les URL d’hameçonnage et le pourriel;
  • Mieux comprendre l’infrastructure malveillante des auteurs de menace et la façon dont ils utilisent la monnaie virtuelle;
  • Développer de nouveaux outils et élaborer de nouvelles analyses pour détecter automatiquement les menaces émergentes et échanger des données pertinentes provenant de sources sous-utilisées;
  • Appuyer nos partenaires en leur offrant des conseils adaptés sur la façon de renforcer leur posture de sécurité.

Voilà quelques exemples des résultats remarquables de la septième édition de GeekWeek. Tout cela n’aurait pas été possible sans l’enthousiasme et l’intégrité de nos participants. Grâce à eux, l’édition virtuelle s’est avérée aussi solide et collaborative que les éditions précédentes.

Nous ne savons pas si la prochaine édition de GeekWeek se déroulera en personne ou de nouveau en ligne. Par contre, nous savons que les auteurs de menace ne cessent de chercher des moyens d’exploiter le Canada et les Canadiens. Les projets susmentionnés, qui ont vu le jour au cours de GeekWeek, se poursuivront tout au long de l’année dans le but de renforcer notre cybersécurité.

Merci encore à tous ceux et celles qui ont participé à GeekWeek. J’ai bien hâte de vous revoir lors de la huitième édition!

Rajiv Gupta
Directeur général, Capacités de cyberdéfense

Dernière mise à jour: