Sommaire

 

Ce qu’il faut savoir en 2019 :

  • En 2018, des cybermenaces ont ciblé le processus démocratique de la moitié de toutes les démocraties avancées qui tenaient des élections nationales. Le nombre de cybermenaces a donc presque triplé depuis 2015 et nous nous attendons à ce que cette hausse se poursuive en 2019;
  • L’ingérence étrangère en ligne, soit les activités d’ingérence menées au moyen de cyberoutils, qui cible les électeurs représente maintenant le type de cybermenace le plus courant contre les processus démocratiques à l’échelle mondiale. Les auteurs de cybermenace manipulent l’information diffusée en ligne, souvent au moyen de cyberoutils, pour influencer l’opinion et le comportement des électeurs;
  • Selon nos observations, il est très probable que les électeurs canadiens feront face à une forme quelconque d’activité d’ingérence étrangère en ligne liée aux élections fédérales de 2019. Toutefois, à l’heure actuelle, il est improbable que l’ampleur de cette ingérence étrangère en ligne rivalise avec celle des activités menées par la Russie contre les élections présidentielles de 2016 aux États-Unis;
  • Nous estimons que les activités d’ingérence étrangère en ligne contre le Canada s’apparenteront fort probablement aux activités qui ont été menées contre d’autres démocraties avancées au cours des dernières années. Des adversaires étrangers ont tenté d’influencer les idées et les décisions des électeurs en cherchant avant tout à diviser l’opinion sur des enjeux politiques et sociaux, à promouvoir la popularité d’un parti en particulier ou à manipuler les déclarations publiques d’un candidat et ses choix en matière de politiques;
  • Depuis la publication du rapport du CST en 2017, les partis politiques, les candidats et leur personnel ont continué d’être la cible de cybermenaces à l’échelle mondiale; toutefois dans une proportion moins élevée que les électeurs. Les auteurs de cybermenace se servent de cyberoutils pour cibler les sites Web, les adresses de courriel, les comptes de médias sociaux, les réseaux et les dispositifs des partis politiques, des candidats et de leur personnel;
  • Les cybermenaces ont également continué de cibler des élections dans le monde entier au cours des dernières années. Toutefois, comme nous l’avons noté en 2017, au Canada, les élections fédérales se déroulent encore principalement sur support papier, et Élections Canada a mis en place de nombreuses mesures juridiques, procédurales et liées aux technologies de l’information (TI) qui offrent une protection robuste contre les auteurs de menace qui tentent de modifier secrètement le compte de votes officiel.

 

Dernière mise à jour: